Ça y est : vous venez de changer de smartphone pour le modèle dernier cri qui vous faisait de l’œil depuis un petit moment. Il vous suivra certainement quelques années, jusqu’à ce qu’un nouvel appareil vous séduise. Mais nous n’en sommes pas encore là. Pour l’heure, la question qui se pose est la suivante : que faire de votre ancien portable ? Le revendre ? Le donner à un proche ? Le jeter à lé déchetterie ?

COLLECTE DE SMARTPHONES USAGÉS PAR COURRIER

Vous pouvez aussi l’envoyer au recyclage — ou bien au reconditionnement, pour lui donner une nouvelle vie. Pour cela, il vous est possible de l’amener à un professionnel (un décret de 2014 a rendu obligatoire la reprise gratuite et sans obligation d’achat des petits appareils électriques et électroniques usagés). Mais, encore plus facile, vous pouvez aussi l’envoyer par la poste.

Si cette démarche vous intéresse, rendez-vous sur le site web Je Donne Mon Téléphone, qui est opéré par Ecosystem, un éco-organisme généraliste agréé par les pouvoirs publics, et ouvrez un compte. Une fois inscrit, vous pourrez choisir entre l’étiquette prépayée à imprimer à domicile, ou bien l’enveloppe pré-affranchie qui sera livrée chez vous dans un délai de deux semaines. Tout ça, gratuitement.

Deux options sont proposées pour préparer l’envoi de votre courrier.

Chaque envoi doit être limité à un poids de 500 grammes. En fonction des modèles, vous pouvez donc mettre entre 1 et 3 appareils dans une seule et même enveloppe. Dans ce cas, il est conseillé de renforcer la fermeture avec du ruban adhésif pour éviter que le rabat ne cède. Le site vous accompagne de toute façon pas à pas pour réussir votre envoi postal sans souci.

Attention toutefois à ne pas faire de ce courrier un envoi fourre-tout. Seuls les portables sont acceptés. Pensez donc à les débarrasser de tout le superflu, car les accessoires (coques, écouteurs, câbles, chargeurs) ne sont pas admis. Cela vaut aussi pour la carte SIM, qui doit être retirée. Enfin, Ecosystem demande que l’on ne lui envoie pas de téléphone « dont la batterie est apparente ».

PRIORITÉ AU RECONDITIONNEMENT, SINON RECYCLAGE

Les portables sont ensuite envoyés dans les Deux-Sèvres aux Ateliers du Bocage, une entreprise d’insertion du réseau Emmaüs. Là, leur état est évalué. « La priorité est de réparer tous les téléphones qui peuvent l’être », explique Ecosystem. Si ce n’est pas cas, alors ils sont détruits et envoyés au recyclage dans un réseau d’industriels partenaires de l’éco-organisme.

Reste la question des données personnelles figurant sur les smartphones : si vous en avez la possibilité, pensez à bien les vider au préalable. Les systèmes d’exploitation Android et iOS offrent des options dans les paramètres qui permettent par ailleurs de tout effacer et de rétablir la configuration d’usine. Cela concernera les informations de compte, la liste des contacts, les photos, les vidéos, la musique et les applis.

Le site vous guide pour que l’envoi se passe bien.

Si pour une raison ou pour une autre vous ne pouvez pas le faire, ou que vous ne savez pas le faire, Ecosystem indique que les Ateliers du Bocage «  possèdent une longue expérience » dans l’effacement des données personnelles. Ils ont déjà traité « plusieurs centaines de milliers d’appareils », ajoute l’organisme. Et même si vous envoyez un smartphone effacé, une suppression aura quand même lieu de leur côté.

Si le portable que vous avez envoyé est en bon état, il sera reconditionné pour être remis en vente dans les boutiques d’Emmaüs ou distribué aux plus démunis. Mais ne comptez pas sur un petit pourcentage sur la vente : votre démarche est considérée comme un don désintéressé. Si vous tenez absolument à un tirer un pécule, ce n’est pas Ecosystem que vous devez vous adresser.