Le Carbon Tracker Initiative est un think tank, composé d’experts juridiques, financiers et énergétiques qui publie des analyses sur l’impact des changements climatiques sur l’économie et la finance. Ils ont révélé que nous brûlons tellement d’énergie fossile que cela représenterait trois fois trop de CO2 par rapport à ce que notre terre peut supporter.

En 2013, ces experts révélaient l’existence d’une « bulle carbone » dans le monde de la finance. Des entreprises sont cotées en bourse en fonction des réserves de carbone qu’elles possèdent. Or, la majorité de ces réserves ne sont pas exploitables, en tout cas si nous continuons nos efforts pour réduire l’extraction et l’utilisation d’énergie fossile. Cette bulle représenterait quelque 4.000 milliards de dollars pour 762 tonnes de CO2.

© Reporters

Laisser les énergies fossiles en terre

Depuis, leurs analyses se sont affinées grâce à leurs nombreux experts et études. Ils ont donc récemment publié un rapport sur notre consommation d’énergies fossiles. D’après eux, si nous voulons maintenir le changement climatique sous la barre des 2º, comme cela a été signé avec l’Accord de Paris, nous devons réduire très fortement notre consommation d’énergie fossile. En effet, brûler ce type de matière, même si cela est fait avec des systèmes plus performants, est trop polluant. Tellement polluant que cela reviendrait à libérer dans l’atmosphère trois fois plus de CO2 que la planète ne peut accepter. Le Carbon Tracker Initiative parle de 2.795 gigatonnes de CO2 entre 2000 et 2050.

Le think tank est arrivé à une conclusion : ces énergies doivent rester où elles sont. Pour arriver à l’objectif fixé par l’Accord de Paris, les experts ont calculé la quantité maximum d’énergie fossile à pouvoir utiliser. Pour ne pas passer au-dessus des 2º de plus, il faudrait laisser en terre 80 % des réserves de charbon, 50 % du gaz et 33 % du pétrole. Un objectif réalisable ? L’avenir nous le dira.