Pour débarrasser les océans des déchets, il faut tout simplement les ramasser avant qu’ils ne l’atteignent ! C’est en partant de ce constat qu’Alexandre Solacolu, Philippe Carrez, Buno Sroka et Hugues Bosvieux ont créé Hoali. Cette application permet à chacun de ramasser les déchets, de les enregistrer et de trouver la poubelle la plus proche pour les jeter.

Philippe Carrez, de l’entreprise SubOceana, travaille avec différentes associations proches du milieu marin. « Je me suis rendu compte que les nettoyages avaient lieu dans des milieux fermés, explique-t-il. Ce sont des actions non groupées, et il manque un outil pour les centraliser. »

Mesurer son impact

Avec Hoali, chacun va pouvoir mesurer ses actions. « L’idée est de rassembler une communauté pour former un cordon sanitaire afin d’empêcher les déchets d’arriver jusqu’à la mer », résume Alexandre Solacolu.

Chaque année, 8 millions de tonnes de déchets finissent dans les océans, un peu plus d’un kilo par habitant… « Si chacun ramasse un kilo de déchets par an, nous pouvons réduire leur arrivée dans les océans, ce qui permettrait au milieu marin de se régénérer »,estime Alexandre Solacolu.

(Photo : Ouest-France)

L’idée n’est pas uniquement de ramasser les déchets sauvages qui pourraient se trouver sur les trottoirs ou dans la campagne, mais de les ramener dans le flux de déchets normal. « Une fois qu’on a ramassé le déchet, l’application nous indique la poubelle la plus proche pour qu’on puisse le jeter, un peu à la manière de Pokémon Go et des Pokéstops ! », sourit Philippe Carrez.

Et, bien sûr, le déchet doit trouver sa place dans la bonne poubelle ! « À terme, nous souhaitons que chaque poubelle répertoriée sur Hoali puisse avoir une indication sur ce qu’elle peut contenir », précise Alexandre Solacolu. Chaque personne aura la possibilité de cartographier les poubelles : l’application se veut interactive. « C’est notre fonction d’écocitoyens de répertorier les poubelles, car peu de communes en France possèdent une cartographie précise ! », se désole Philippe Carrez.

En s’inscrivant, l’utilisateur aura la possibilité de rejoindre une « tribu », créée par les associations de protection de l’environnement. « Le but est de faciliter l’accès au ramassage des déchets et bien entendu de le valoriser ce geste », insiste Alexandre Solacolu.

Aujourd’hui, l’application est en test sur le territoire de Saint-Brieuc, mais ses créateurs ont pour ambition de la généraliser. Elle sera disponible d’ici trois semaines. Pour les plus impatients, il est possible de se préinscrire sur Hoali.org !